Jardins et paysage

Jardins et espaces dédiés

Les jeunes en formation sur le site de Genech ont la chance de profiter d’un parc paysager de plus de 10 ha, support privilégié pour les apprentissages professionnels d’entretien et de conception d’aménagements du paysage.

C’est toute la Communauté éducative qui utilise ce cadre de vie verdoyant où règnent les bonnes pratiques d’entretien, une gestion douce et écologique et le développement de la biodiversité. Chaque jour s’y croisent élèves, étudiants et membres du personnel qui forment des flux humains importants pris en compte dans tous les projets d’aménagements. Se pratique ici un apprentissage in vivo.

Cet apprentissage du vivant reste en lien direct avec les projets d’aménagement qui se succèdent année après année. Les plantations sont pérennes et adaptées, les produits phytosanitaires sont bannis.

Les travaux de taille et soins aux arbres sont réalisés en partenariat avec le Lycée Professionnel de Bavay, spécialiste du bois et de la forêt, préservant ainsi un Patrimoine Vert qui comprend près de 2000 arbres et arbustes sur le site de Genech.

Les parties voiries et mobiliers urbains sont elles aussi de la compétence du service « Jardins et Paysages ». Des analyses préliminaires des flux des usagers permettent de déployer des solutions adaptées pour un mobilier en adéquation avec le mode de vie des jeunes.

Ce paysage si caractéristique est un réel élément d’apaisement pour les encadrants et les personnels qui les accompagnent. Ce cadre de vie privilégié est aujourd’hui largement plébiscité par la Communauté comme élément de bien-être à préserver…

jardin

Qui gère ces espaces ?

2 personnels techniques et 4 apprentis constituent le service « Jardins et Paysage ». Ils sont accompagnés tout au long de l’année des enseignants techniques et des jeunes en travaux pratiques qui, selon leur formation, entretiennent les espaces et mettent en œuvre les projets phares, identifiés en début d’année.

Les jeunes de la filière professionnelle en CAP et Bac sont la force vive et acquièrent les compétences techniques nécessaires dans le parc. Ils y réalisent régulièrement des chantiers de construction paysagère (pavage, rénovation de voirie, parement mural, clôture…) et abordent toutes les pratiques relatives à la gestion du végétal.

Pendant les trois années de formation en bac pro, les élèvent évoluent dans leurs postures : opérateur au début, organisateur de leurs chantiers en fin de terminale. Ils acquièrent à la fois des compétences techniques variées et des compétences en organisation et gestion de chantier.

Les collégiens sont en découverte de la filière paysage. Des espaces dans le Parc et des micro-chantiers leur sont dédiés.

Le service est également doté d’un atelier spécifique pour les séances « Observations et Applications Dirigées » (OAD), plateforme couverte pour les apprentissages par tout temps. Tous les apprenants, en formation scolaire ou apprentissage, utilisent ces ateliers dans un confort qui facilite les pratiques répétées des gestes professionnels pour la conception de petits ouvrages paysagers.

A ce titre, cet atelier est le lieu privilégié pour préparer les jeunes aux concours professionnels, notamment les Olympiades des métiers.

Les étudiants en BTS interviennent sur la partie projet d’aménagement, de la conception à la réalisation. Sur la base d’un cahier des charges établi par le Service « Jardins & Paysage », les étudiants en 2° année se chargent de la conception en proposant plusieurs solutions d’aménagement. La solution choisie après présentation devant jury est alors mise en œuvre par les étudiants en fin de 1° année.

Par ailleurs, des jardins d’essai leurs permettent d’expérimenter, chaque année, des techniques et d’acquérir les compétences demandées.

Olympiades des métiers

En chiffres

1
Chantiers engages chaque annnée

1
de serres

1
engins et matériels

1
heures de formation en TP

1
apprentis au sein de l'équipe "Jardins & Paysage"

Les jardins d'essai

L’objectif est d’amener l’étudiant en Aménagements Paysagers à prendre contact avec la « temporalité » d’un paysage. En effet, de plus en plus de jeunes ne sont pas ou plus originaires du milieu de « la terre ». Le lien physique à la terre n’est pas évident. Les étudiants n’ont pas tous l’occasion d’entretenir un petit bout de terre de façon régulière. L’équipe pédagogique a donc choisi d’offrir un espace à chacun, pour qu’il se l’approprie et y mène des « expériences », comme laboratoire d’étude pratique en parallèle des cours, afin de nourrir la prise de conscience personnelle et collective.

Les étudiants se voient donc attribuer un bout de paysage avec une histoire, un vécu dans lequel ils doivent s’immiscer pour comprendre puis conceptualiser leur regard, selon le thème choisi par l’équipe pédagogique. Le projet se fait de A à Z : de la conception à la gestion, en y intégrant l’ensemble des données vues lors de la formation. Les jeunes travaillent par groupe, ce qui participe à la dynamique.

Cela implique de la « pratique en autonomie », c’est-à-dire expérimenter, anticiper, organiser, prendre des décisions et mettre en œuvre des techniques de créations minérales et végétales à partir d’un projet conçu ensemble. Les étudiants sont, dans le cadre de cette pédagogie de projet, responsabilisés. C’est dans ce contexte de relation de confiance et d’accompagnement à l’autonomie que le processus prend tout son sens. Comment former de jeunes professionnels responsables et efficaces sans essayer, tester, rater et recommencer ?

L’enseignant doit changer de posture, il n’est pas là pour « faire à la place » mais pour accompagner le jeune à prendre conscience de manière inductive. L’enseignant doit l’aider à tenir son projet jusqu’au bout pendant les deux ans de la formation, quelques soient les difficultés rencontrées.

Les carrés jardiniers

Les élèves de troisième ont inventé, en binome, un mini jardin sur 4 mètres carrés. L’idée principale est de recycler ou détouner l’usage d’objets récupérés dans l’école pour imaginer et construire une scène de jardin.

  • 4 mètres carrés pour motiver : malgré les contraintes identifiées, les idées fusent ! Une marmite devient un bassin, une vieille pierre plate trouée se transforme en décor parfait … La motivation est perceptible, l’entraide est spontanée et les efforts surprenants !
  • 4 mètres carrés pour se tromper : un espace de liberté et d’essais où le jeune apprend à revoir les possibilités, à repenser l’organisation et à apporter des ajustements.
  • 4 mètres carrés pour apprendre : des gestes professionnels, la patience, l’humilité, le respect des autres, la gestion des doutes, la confiance en soi, l’exigence…
  • 4 mètres carrés pour réussir : être fier des résultats, d’avoir surmonté les appréhensions, développé l’intelligence pratique, s’être affirmé…
  • 4 mètres carrés pour adhérer : à la préservation de notre planète et recycler les déchets par un geste  artistique.

La roselière

L’Institut de Genech est dotée d’une zone humide, appelée roselière. Cette ancienne peupleraie d’un hectare, au milieu exceptionnel à sauvegarder, est un lieu d’exploration pour les élèves en Bac STAV.

Ce réseau de fossés et de mares est le lieu rêvé pour les phragmites, carex, grenouilles et tritons, bécassines et chevreuils présents surtout l’hiver. Véritable support de chantier nature et de travaux dirigés , les élèves profitent de cas concrets d’observation, d’étude et d’analyse pour découvrir les réalités de l’aménagement paysager.

Dans le parc de Lesquin…

Sur le site de Genech Formation dédié à la formation adulte et l’apprentissage, le parc est aujourd’hui en reconstruction. Laissé brut quelques années, les apprenants et stagiaires ont la chance de pouvoir s’atteler à des chantiers pédagogiques concrets.

Les jeunes en brevet professionnel et CS « construction paysagère » ont réalisé des boxes de stockage des déchets et aménagé des conteneurs pour la gestion du matériel et des fournitures.

En formation courte adulte, il est question de plantation des jardinières et de réalisation d’une cour. Comme les apprentis en Bac Professionnel avec la cour méditerranéenne et les CS « construction paysagère » qui travaillent l’éclairage. Les apprentis en CAP « Jardinier Paysagiste » ont planté une pépinière, ressource vive pour les fleuristes en formation.

Des travaux de terrassement sont effectués dans le parc pour la réalisation d’un Amphithéâtre végétal, support de classe extérieur dans les beaux jours. Enfin, une session de plantation de haie sera effectuée par les apprenants en Brevet Professionnel.

Vous souhaitez travailler dans les métiers de l'aménagement paysager ?