Une reconversion en filière paysage

with Aucun commentaire

Arthur Soenne

Avant d’intégrer le BTS AP, j’ai suivi un cursus assez général. Issu d’un bac ES, j’ai obtenu une licence en économie en 2015. Après un séjour à l’étranger, j’ai décidé de me former aux métiers de l’aménagement.

Pourquoi cette orientation vers une formation « Aménagement de l’Espace » à l’Institut ?

Comme j’aime en témoigner à mon entourage, mon expérience avec la nature s’arrêtait à quelques menus travaux comme la tonte de mon jardin… Néanmoins, j’ai toujours été sensible aux métiers manuels et je souhaitais m’orienter vers un métier qui favorise le contact avec la nature et l’environnement.  J’ai donc cherché une formation en lien avec ces centres d’intérêt. Habitant une commune proche de l’Institut, je connaissais l’établissement et c’est tout naturellement que j’ai choisi d’y suivre ma formation.

Tu as choisi de suivre le BTS AP par la voie de l’apprentissage : quels atouts en retires-tu ?

Suivre cette formation en alternance est un vrai « plus ». Tout d’abord, cela permet de mettre en pratique, dans un milieu professionnel, la théorie étudiée en cours.  C’était un point très important pour moi qui suis issu d’une filière générale.

Depuis maintenant 2 ans, je suis apprenti au sein du service « espaces verts » de l’Institut. J’exerce de nombreuses tâches, ce qui me donne un aperçu de mon futur métier. Mon quotidien est varié : gestion et entretien des parcs de l’école (tonte, taille des végétaux, haies, nettoyage notamment des surfaces minérales, de la voirie…) et aménagement paysager (pavage, mise en place d’un rucher…).

Ce que j’aime : 

  • Exercer un métier dans de grands espaces, les embellir et m’y épanouir !
  • L’indépendance que l’on me laisse tout en été bien suivi et encadré par mon maître de stage !

Peux-tu me détailler ta formation ?

C’est tout d’abord une formation qui allie théorie et pratique sur les divers aspects de l’aménagement de l’espace. La première année est plus axée sur le végétal que l’on étudie au fil de l’année en prenant en considération les saisons qui sont très importantes dans notre métier. Puis, en deuxième année, on aborde davantage l’aspect minéral de l’aménagement (pavage, maçonnerie…). La pose de clôtures ainsi que l’aménagement de terrains sportifs sont également au programme.

Je dois par contre mettre les bouchées doubles en ce qui concerne la reconnaissance des végétaux car elle est plus spécifiquement étudiée en Bac professionnel Aménagement Paysager. Mais avec de la curiosité et du travail, c’est parfaitement rattrapable !

Cette formation prépare également au Certiphyto et aux alternatives des traitements phytosanitaires. Elle présente les innovations dans ce domaine. C’est important car de nos jours, c’est une forte préoccupation des entreprises et des collectivités.

Après le BTS, on peut se spécialiser en création/conception, en maçonnerie paysagère, en élagage… en suivant des Certificats de Spécialisation.

Ta formation se termine en juin, tu seras bientôt diplômé : comment envisages-tu ton projet professionnel ?

Après une licence et un BTS, je souhaite mettre en pratique ma formation pour travailler. Je projette de voyager au Portugal d’abord. Je n’ai pas encore un projet définitivement figé mais j’aimerais gérer un site privé, un complexe hôtelier par exemple, plus particulièrement dans son aspect végétal…

Comment imagines-tu ton métier dans 5-10 ans ?

Ce qui est certain, c’est que nos métiers s’invitent de plus en plus en ville :  avec les potagers urbains, la végétalisation des façades, des toitures…et sont de plus en plus au service du dynamisme des villes !